La notion de fab lab née de la contraction de l’anglais fabrication laboratory pouvant se traduire par « laboratoire de fabrication », désigne un lieu ouvert à tous, étudiants, artistes, entrepreneurs, hackers et bricoleurs en tout genre où est mis à leur disposition différents outils pilotés par ordinateur permettant notamment le prototypage d’objets 3D.

C’est le MIT qui dans les années 1990 lance le programme fab lab dans son Media Lab. Le fab lab devient dès lors une appellation certifiée. Pour créer son propre espace de prototypage, il est demandé de respecter la charte des fab lab mise en place par le MIT. Il est également possible d’être identifié comme « fab lab MIT » en passant une certification et des formations spécifiques. C’est le cas par exemple du fab lab strasbourgeois AV Lab.

Les fab labs fondent alors leurs principes sur les notions d’ouverture et de collaboration. Ils s’appuient sur des machines de fabrication numérique et un réseau mondial permettant l’échange d’informations et le partage de données numériques, ce qui facilite ainsi la création concrète de prototypes innovants.

Un fab lab c’est quoi concrètement ?

Un service de prototypage rapide, print-shop, production et fabrication de micro série :
Pour toute idée cherchant à s’exprimer et à se traduire aussi rapidement que possible en maquettes ou en prototypes, les fab labs viennent répondre directement au besoin récurrent des professionnels de réaliser des micro-séries, difficile à produire sur des chaînes de fabrication industrielles.

Un service tangible : du concret au concret
Dans un FabLab, la main s’exprime autant que le cerveau, la pratique autant que la théorie. Une innovation peut partir du bricolage, plutôt que du concept. L’idée peut s’incarner rapidement en un objet. L’essai-erreur s’érige en méthode. L’interaction entre designers, ingénieurs, praticiens et utilisateurs s’organise autour de l’objet, ce qui facilite l’échange grâce aux différences de cultures et de compétences.

Un service agile : plus vite, plus modulaire
L’un des rôles du fab lab est de réduire la distance entre l’idée et sa concrétisation. Il en résulte des projets qui répondent mieux aux besoins, qui produisent plus vite des résultats utilisables et qui s’adaptent en continu à l’évolution des besoins comme aux retours d’expérience.

Un lieu coopératif : innover ensemble
L’espace ouvert des fab labs, les différents projets qui s’y réalisent simultanément, les différentes compétences qui s’y expriment (design, modélisation 3D, travail de différents matériaux, 03 électronique, etc.), poussent naturellement les utilisateurs à collaborer. La sérendipité (les heureuses découvertes issues du hasard) trouve ainsi sa place. La multiplication des regards autour de chaque projet, la mobilisation à égalité de compétences conceptuelles et pratiques, viennent enrichir les projets comme les participants.

Un lieu ouvert : tirer parti de toutes les intelligences
Le fab lab ouvre les processus d’innovation à des gens qui ne se seraient jamais considérés comme des innovateurs : entrepreneurs, ouvriers, opérateurs, commerciaux, techniciens…
Les fab labs sont des espaces dans lequel se déploient des stratégies d’innovation ouverte. L’open innovation repose sur l’idée que les réponses aux questions des entrepreneurs, ainsi que la valorisation de leurs innovations de manière créative, se trouveront souvent en dehors de l’entreprise : chez leurs fournisseurs, leurs partenaires, leurs clients, dans des laboratoires ou des start-up… Plutôt que de penser l’innovation comme un processus linéaire qui va de la recherche à l’application, les fab labs tentent alors de concevoir au sein d’un véritable écosystème dont tous les participants sont interdépendants et peuvent s’apporter mutuellement quelque chose.

Plus d’informations sur la notion de fablab ici.
Plus d’informations sur la charte MIT ici.

PARTAGER
Share with your friends










Submit
Imprimer