- Shadok - https://www.shadok.strasbourg.eu -

Temps #1 : Planète interdite (anthropocène)

Temps #1 du cycle Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs [1]

Hier c’était demain : science-fiction et imaginaires collectifs [1] est le cycle thématique fil rouge de l’année 2019 au Shadok.

Concentrée autour du thème général de la science-fiction (SF) et de son impact sur la société, cette série d’événements mêle expositions, rencontres, ateliers, performances, résidences avec des créatifs, des artistes, des chercheurs, des auteurs et des experts de février à octobre.

Planète interdite (anthropocène)
du 13 février au 3 mars

 

Par  « anthropocène » on comprend l’entrée dans une ère dominée par l’influence de l’activité humaine sur la planète. Notre bonne vieille Terre, en passe d’être détruite, doit désormais être défendue, protégée et respectée selon trois grands principes du développement durable : valorisation et respect de l’environnement, soutenabilité économique et développement de la croissance économique à travers des modes de production et de consommation durables.

Ces idées font désormais partie de règles intégrées par les artistes, particulièrement dans le domaine des arts numériques. Comment développer une pratique artistique écologique, en phase avec la nature (le monde, la planète, et la nature humaine) sans oublier sa dimension pédagogique tournée vers le public ? Ce sont ces pistes que vont suivre les artistes sélectionnés pour ce temps de résidence.

Secondés par Yannick Rumpala [6] et Ewen Chardronnet [7], essayistes, journalistes, professeurs et spécialistes de ces questions, le duo d’artistes Sandra et Gaspard Bébé-Valérian (Art Act) [8] avec MyCore [9] et l’artiste transdisciplinaire Rocio Berenguer [10]avec G5 Inter-espèces [10], sont respectivement invités à travailler sur les imaginaires d’un futur post-anthropocène, à réinventer de nouvelles relations avec les espèces et notre environnement.
En parallèle, l’exposition Réalités déplacées [2] et l’installation komatiite [3], présentées du 13 février au 3 mars, proposent une mise en perspectives de ces questionnements.